Accueil Dieudonné PHASE II (Archive octobre 2004 à mars 2005)
PHASE I PHASE II (ICI) PHASE III(ACTIF) PHASE IV(ACTIF)
Accueil
Alternatif   Forums   INTOX->INFO   Mimonatif   Perso   Riposte   Soutien









Une autre voix juive - Indymedia

novembre 2004 ,par soutiendieudo





dans la meme rubrique...

Les petites annonces françaises, championnes européennes de la discrimination
Entretien avec Dieudonné - hermaphrodite.fr
L’humour belge de Thierry Ardisson
Lettre ouverte à Jean-Christophe Rufin : Je suis antisémite - Indymedia NICE
Alain Ménargues : Je suis un homme libre et j’entend le rester - oulala.net


Une autre voix juive

Parce que nous ne pouvons pas supporter l’horreur devenue quotidienne au Proche-Orient,

Parce que quelques institutions et quelques hommes publics monopolisent abusivement l’expression des Français juifs ;

Parce que nous rassemble une certaine idée de l’humanité ;

Parce que, devant les répercussions en France du conflit du Proche-Orient, la résurgence de l’extrême-droite et la recrudescence d’actes antisémites, nous sommes amenés à revendiquer publiquement la part juive de notre identité personnelle ;

Nous avons décidé de nous exprimer collectivement.

Citoyennes et citoyens de la République française, nos conceptions philosophiques, nos opinions politiques, nos références culturelles, nos rapports à la religion sont divers.

Descendant-e-s de longues lignées d’hommes et de femmes persécutés, méprisés, bannis, pourchassés depuis des siècles, nous luttons contre toute forme de persécution, d’oppression, comme nombre de nos parents l’ont fait avant nous.

Nous sommes filles et fils de cette République française, qui, dès son origine, a accordé la citoyenneté aux Juifs. Nous nous réclamons de ses valeurs.. La position de chacune et chacun d’entre nous face à l’héritage juif est diverse, mais le souvenir de l’extermination, la conviction qu’elle n’appartient à personne, qu’elle ne peut justifier aucun nationalisme, nous font un devoir de parler comme nous le faisons.

Certains d’entre nous ont pour Israël un attachement particulier que d’autres ne partagent pas, d’autres récusent le principe même du projet sioniste.

Nous considérons cependant tous que, né dans les conditions historiques laissées par les ruines du fascisme hitlérien, le peuple israélien a droit à un Etat aux frontiéres sûres et reconnues, dans le cadre des résolutions de l’ONU.

Mais nous n’autorisons ni l’Etat d’Israël, ni les institutions qui, en France, prétendent représenter les citoyens juifs, à parler en leur nom. Nous nous révoltons contre l’oppression coloniale dont souffrent la Palestine et les Palestiniens du fait du gouvernement d’Israël. Nous ne croyons pas que l’on combatte l’antisémitisme en laissant les Israéliens devenir un peuple d’oppresseurs. Il n’y a paix et avenir pour le peuple israélien que dans une coexistence pacifique et loyale avec le peuple palestinien. Nous soutenons tous ceux qui, en Israël, en Palestine et ailleurs, oeuvrent courageusement pour la paix, pour la justice, pour l’égalité des droits, contre la politique criminelle de M. Sharon.

Nous constatons la montée en puissance de l’idéologie de l’extrême-droite israélienne au sein de forces politiques françaises. De nombreux démocrates (parmi lesquels de nombreux juifs), sont victimes d’intimidations : ils se voient accusés d’antisémitisme, au seul motif qu’ils combattent la politique menée par le gouvernement israélien ou réclament le respect par Israël des résolutions de l’ONU, des engagements pris à Oslo.

Que cherche-t-on en pratiquant ces amalgames monstrueux ? Que cherche-t-on en multipliant les agressions verbales et les menaces physiques contre ceux, Juifs ou non, qui exercent leur responsabilité de citoyens en condamnant publiquement la politique israélienne actuelle ? Que cherche-t-on en donnant au judaïsme confisqué un visage repoussant ?

Nous refusons le jeu de l’actuel gouvernement israélien qui, pour renforcer son potentiel d’expansion, cherche à accroître l’immigration en Israël, et s’accommode des résurgences de l’antisémitisme.

L’antisémitisme d’aujourd’hui a certes ajouté une dimension à l’abject en qualifiant les atrocités nazies de " détail de l’histoire ". Mais certains d’entre nous pensent qu’à l’inverse, soutenir qu’il n’y a d’autre crime contre l’humanité que l’extermination des Juifs par les nazis, c’est nourrir les sources mêmes du négationnisme ; nous ne réclamons aucun privilège pour les Juifs en tant que victimes : nous nous dressons contre toute oppression. La politique israélienne actuelle n’a certes pas pour but l’anéantissement physique du peuple palestinien, mais plusieurs d’entre nous se demandent si, prise dans son ensemble, ses inspirateurs et ses exécutants ne relèveraient pas de la Cour pénale internationale.

Les violations systématiques des droits de l’homme par Israël, le non respect des résolutions des Nations unies rendent problématique l’application de l’accord d’association UE/Israël.

Depuis la parution de notre manifeste en avril 2003, l’actualité n’a cessé d’en confirmer le bien-fondé ; des éléments graves visant à créer l’irréversible sont apparus, en même temps que des motifs très fragiles d’espoir ; nous voulons appuyer les efforts qui ont conduit au processus de Genève. Nous voulons contribuer à créer un mouvement d’opinion capable d’imposer l’arrêt de la politique criminelle de M. Sharon, maintenant soutenue explicitement par l’actuel président des Etats-Unis d’Amérique. Tous deux violent en permanence le droit international et mettent en péril le règlement négocié des conflits entre Etats conformément à la Charte des Nations unies.

M. Sharon et M. Bush se comportent en croisés de la lutte antiterroriste ; mais leur politique alimente celui-ci en permanence ; les signataires d’"Une autre voix juive" condamnent toutes les forces qui, au Proche-Orient, entendent répondre à la violence de la politique israélienne par des attentats en Israël contre des civils sans défense. Les organisateurs, les soutiens financiers et politiques de ces forces doivent être pourchassés, traduits devant des tribunaux et lourdement condamnés. Mais l’assassinat n’est ni une réponse conforme au droit ni de nature à enrayer ces crimes.

Il faut priver ceux qui ne reculent ni devant le sacrifice de jeunes vies ni devant le recours aux formes d’action les plus condamnables de tout soutien dans la population. Pour ce faire, il faut négocier immédiatement et arrêter les actes qui poussent au désespoir le peuple palestinien.

Nous condamnons les campagnes d’opinion visant à présenter la France comme " un pays antisémite ". Mais cela ne saurait impliquer de notre part aucune forme d’indulgence vis-à-vis du racisme quelle qu’en soit la forme. Certains développent un langage de haine et des actes racistes contre les Français issus de l’immigration, en particulier d’origine arabe. Des citoyens français ont peur parce qu’ils sont Juifs et que, à nouveau, ils entendent et subissent des attaques antisémites. Rien, et en particulier la politique israélienne, ne saurait légitimer une forme quelconque de vindicte contre les Juifs. La loi française fait du racisme et de l’antisémitisme un crime. Nous souhaitons voir appliquée cette loi avec la dernière rigueur, en particulier contre ceux qui en sont les instigateurs, qu’on les trouve dans les mouvements d’extrême droite, qu’ils se dissimulent derrière le discours intégriste musulman, ou encore se drapent dans le soutien au peuple palestinien en véhiculant la haine des Juifs : le racisme et l’antisémitisme renouvellent leurs faces grimaçantes mais leur but reste le même qu’hier : la désintégration des institutions, des valeurs, des fondements de la démocratie et de la citoyenneté.

Notre solidarité avec le peuple palestinien ne nous entraînera jamais à la moindre collusion avec ceux dont la sollicitude pour la Palestine n’a comme ressort que la haine des Juifs.

Il reste que :

-  le peuple palestinien a des droits imprescriptibles sur une terre occupée aujourd’hui par les forces armées du plus surarmé des Etats du Proche-Orient.

-  le peuple palestinien a le droit imprescriptible d’y fonder, dans les conditions garanties par la Charte des Nations unies, l’Etat de son choix.

-  le peuple palestinien a des droits imprescriptibles sur la ville de Jérusalem, capitale à partager.

-  le peuple palestinien a le droit de voir ses exilés et ses réfugiés choisir, dans des conditions à négocier, entre un retour viable sur la terre de leurs ancêtres et une juste indemnisation.

Tout ce qui s’oppose à la réalisation de ces droits nourrit la guerre sans fin, les atrocités, la haine.

Le mur qui vise à parquer la population palestinienne, à annexer de nouveaux territoires, et qui enferme la population israélienne dans un ghetto doit être démantelé.

Parce que le siècle a connu l’effondrement de systèmes violemment oppressifs, nous croyons possible et nécessaire l’établissement d’une paix juste et durable au Proche-Orient, comme le prouve maintenant le processus inauguré à Genève qu’il faut s’employer à conforter par tous les moyens. La France mais aussi l’Union européenne doivent s’y engager, en créant les conditions d’initiatives de paix et en visant à mettre en oeuvre le déploiement d’une force internationale

Méprisant les campagnes de tous ceux qui, peu ou prou, composent avec le chauvinisme , le communautarisme et qui déploient d’immenses efforts pour nous faire taire, nous ferons entendre, obstinément, la voix de Français juifs, ou d’origine juive, qui soutiennent les idéaux de démocratie, de liberté, d’universalité des droits humains et des droits des peuples.

Déjà, plus d’un millier de personnes, de personnalités, l’ont signé, intellectuels, militants - dont le nom était sur "l’Affiche Rouge", rescapés d’Auschwitz, originaires d’Europe, d’Afrique du Nord.

Parmi eux : Jean-Claude Attias, Esther Benbassa, Pierre Vidal-Naquet, Marcel-Francis Kahn, Raymond Aubrac, Stéphane Hessel, Axel Kahn, Dora Wajsbrot, Eva Tishaver, Nicole Bernheim, Cécile Reims, Henri Malberg, Michael Loewy.

Pascal Lederer

le 4/12/2004 à 12h28

Indymedia

http://paris.indymedia.org/article....

http://autre.voix.free.fr/autrevoix.htm







signé...

soutiendieudo
site: SOUTIEN DIEUDO

Site de soutien à DIEUDONNE.

Ce texte est recopiable librement





fil: > Une autre voix nègre- voxnr
17 janvier 2005 Christian Bouchet   [Début forum]
Une autre voix nègre

A titre personnel, c’est le chapitre 4, « La vérité sur les banlieues », qui m’a le plus frappé. Soral y écrit, en mieux, ce que nous disons depuis longtemps. Qu’on en juge : « Par rapport à la banlieue des années 60-70 d’où je viens, il y a beaucoup plus de Noirs et d’Arabes [dans les cités-dortoirs], on voit des foulards, c’est certain. Mais avec le décret simultané de la loi Veil et du regroupement familial (...) comment s’en étonner ? En poussant les femmes de la moyenne bourgeoisie française à ne plus faire de gosses, tandis qu’on faisait entrer massivement sur notre territoire - régi par le droit du sol - des pondeuses du tiers-monde qui tournent à une moyenne de sept, on s’attendait à quoi ? Messieurs les porte-serviettes du Capital et autres plancheurs en loge, ne dîtes pas que vous étiez bêtes au point de ne pas prévoir ? c’est vrai que plein d’Africains du Nord constituaient sur le papier, une armée prolétarienne de réserve, de l’OS moins cher non syndiqué, plus tout une smala à venir de futurs consommateurs sous-équipés. Quand on cherche les gros sous et l’obéissance, pour peu que l’on chie sur la France et son peuple, ça pouvait se faire... » Le reste est à l’avenant : PS nommé Parti socioniste de France ; rappel que l’inquiétude des médias sur la situation dans les banlieues est récentes et coïncide - par hasard ? - avec la seconde intifada ; étonnement que les mêmes médias s’intéressent tant au « malaise » des beurettes des banlieues mais jamais à celui des jeunes prolétaires blancs des mêmes quartiers ; constat de l’importance des patronymes ashkénazes dans les cadres des mouvements comme SOS-Racisme ou Ni putes ni soumises ; remarque que les « mecs des cités (...) n’ont pas la maîtrise médiatique de leur image. D’autres parlent pour eux qui ont rarement la même origine de classe, ni la même provenance communautaire » ; etc. Lire, mieux écrit et mieux argumenté qu’on a jamais su le faire, de tels textes, de surcroît sous la plume d’un auteur reconnu publié par une maison d’édition qui n’est pas marginale, a de quoi satisfaire et donner de l’espoir. Il n’y a pas que Faye, Fallaci ou Del Valle... il y a aussi Soral, Boniface et bien d‘autres. Alors un conseil : tous chez votre libraire pour achetez Misères du désir d’Alain Soral publié par les Editions Blanche.

Christian Bouchet (éditorialiste sur www.voxnr.com)


  • Qui est Christian Bouchet ?
    18 janvier 2005
      [Début forum]
    Qui est Christian Bouchet ?

    Après Garaudy et Soral, voulez-vous savoir qui est Christian Bouchet ? Alors allez-voir sur le lien ci-dessus.

    Chaque jour qui passe sur ce forum apporte son lot de confirmations : Des groupuscules nationalistes et antisémites tentent de surfer sur l’émotion que ressent une large partie de l’opinion française concernant le sort du peuple palestinien, pour fourguer les vieux stéréotypes racistes. Dans cette manipulation, le "complot sioniste" a remplacé le "complot judéo-maçonique" qui a fait les grandes heures de la presse d’extrème-droite.

    Les militants de gauche, sensibles à cette cause, doivent condamner sans appel cette tentative de récupération.

    L’avenir de la lutte pour la création de l’Etat Palestinien en dépend !


soutiendieudo@altern.org ACCUEIL | PLAN | REDACTION