Accueil Dieudonné PHASE II (Archive octobre 2004 à mars 2005)
PHASE I PHASE II (ICI) PHASE III(ACTIF) PHASE IV(ACTIF)
Accueil
Soutien   Alternatif   Forums   INTOX->INFO   Mimonatif   Perso   Riposte









El Diablo et les moutons de Panurge (De l’Antiscepticisme), par A.

jeudi 3 mars 2005 ,par soutiendieudo





dans la meme rubrique...

Dieudonné en Multimedia vidéo audio - Nouveaux documents
Je suis Blanc et je dois soutenir le film de Dieudonné ’Le Code Noir’ et la ’lumière’ sur la Traite des Noirs
Dieudonné triomphe au Zénith de Paris - La revanche de l’Olympia avec SCRIPT Debbouze, Prevost et Bourras
SCRIPT PRECIS ET VERIFIE Dieudonné - Ardisson TLMEP France 2 - 11 décembre 2004
10 décembre : Cour d’Appel Nîmes : Dieudonné est blanc pour ’les négriers’... RELAXE TOTALE POUR TOUT !


"Je rappe pour des Dieudonné présidents, pour que tout ado soit en tout lieu donné résident" chantait en 2001 Féniski du Saïan Supa Crew.

Au-delà de l’assonnance, c’est toute la doctrine d’un homme qui se trouve ici résumée. Il est seulement dommage que Féniski ait été peu écouté... A présent, voici que l’humoriste se fait agresser physiquement.

Normal et inéluctable : partout où les honnêtes citoyens ont l’habitude de s’informer, il est présenté comme étant le Diable en personne. Tels les moutons de Panurge, crédules et dociles, les anges en mission divine ne rêvent que de lui faire la peau. "Qui sème le vent récolte la tempête", avanceront ses détracteurs.

Question : mais qui sème le vent, en vérité ?

Dans la France bien-pensante de l’hiver 2005 - forte avec les faibles, faible avec les forts -, plus que jamais, il est de bon ton de casser du sucre sur le dos de Dieudonné. C’est facile, c’est pas cher, et ça peut rapporter gros. Qui plus est, l’homme n’a rien pour lui : il est seul (ils sont en meute), il est hirsute (ils sont tirés à quatre épingles), il a de la barbe au menton (à une époque où il ne faudrait surtout pas), et son appartenance communautaire n’est pas monochrome. Qui plus est, il ne sort ni de Sciences Po, ni de l’E.N.A. - raison suffisante semble-t-il pour douter publiquement de ses capacités intellectuelles d’autodidacte..."Homo homini lupus" : l’homme est un loup pour l’homme - a-t-on déjà entendu un loup parler aussi mal d’un autre loup ?

Bien.

Depuis ses débuts avec Elie, Dieudonné n’a pourtant que deux adversaires : l’Extrême-droite, d’une part, et son corollaire, la paresse intellectuelle, d’autre part.

Pourquoi cet angle-là, et pas un autre ? Parce que Dieudonné est métis. Or, qu’est-ce-qu’un métis ? Un métis est le fruit de l’union entre un homme et une femme issus de deux cultures différentes. En l’occurrence, le père de Dieudonné est noir, camerounais, et sa mère blanche, française. Issu de ce mélange, Dieudonné a un pied dans chaque culture, et l’autre dans le vide.

En effet, selon que son interlocuteur considèrera le verre d’eau à moitié plein ou à moitié vide, Dieudonné sera considéré comme semblable ou différent, où qu’il se trouve sur la surface de cette terre. Ce qui sépare l’état de "semblable" de celui de "différent" ? La paresse intellectuelle, justement - ne pas réfléchir au-delà de ses premières pulsions -, et son exploitation politique : l’Extrême-droite.

Génétiquement, un métis peut se prétendre de partout. A l’heure du repli communautaire exacerbé, il n’est en fait de nulle part, et cela lui est quotidiennement rappelé, via de multiples vexations et brimades - invisibles pour le commun des communautaristes.

Tant que Dieudonné tapait sur l’Extrême-droite de son pays, il était un héros. A présent que son cheminement personnel le conduit à creuser un peu plus la question, et à découvrir d’autres formes d’Extrêmes-droites, plus discrètes mais tout aussi vénéneuses, il devient un zéro. Pis : à court d’arguments, l’on se met même à douter de sa santé mentale, allant jusqu’à parler d’"antisémitisme obsessionnel". Voire.

Au départ, il y a un choix de vie... Dieudonné est humoriste : sa vie aurait sans doute pu être autre ; c’est en tout cas celle-ci qu’il a choisi. Or,qu’est-ce qu’un humoriste ? Un humoriste est d’abord et avant tout un homme qui observe, écoute, repère et décortique les travers de son époque, pour mieux les tourner en dérision ensuite. A cheval entre deux cultures, entre deux rapports au monde, Dieudonné a développé une sensibilité forcément différente de celle des "de souche", que ceux-ci soient français ou camerounais. Comme de nombreux humoristes avant et après lui, il va trouver dans cette double influence une prédisposition pour susciter le rire.

A l’époque, avec Elie, il s’en tient à caterpilariser la bêtise ordinaire, cette "beauf-attitude" qui vote "Bleu-Blanc-Rouge" dans l’isoloir plutôt que "Liberté-Egalité-Fraternité", plus par dépit qu’avec fermeté.

Puis les deux hommes se séparent. Une nouvelle ère commence. Si Elie quitte - momentanément - les planches, Dieudonné choisit de rester dessus, en solo cette fois-ci. Et très vite chacun s’aperçoit que, Elie ou pas à ses côtés,la puissance de feu du caustique métis est intacte. Le Figaro Madame va même jusqu’à écrire, à propos de son premier spectacle solo : "Et si le répertoire comique venait de trouver en Dieudonné l’héritier de Coluche ? Un fils vraiment très spirituel".

L’Extrême-droite et la paresse intellectuelle sont toujours les deux cibles de prédilection du marteau-pilon franco-camerounais. A cette occasion, apparaît pour la première fois sur scène le personnage d’Oképi Malin, vieux clochard africain remettant tous les enjeux de la vie occidentale à leur juste place.

De surcroît, Dieudo joint le geste à la parole en s’engageant en politique pour faire barrage à l’Extrême-droite dans sa commune, et vient apporter un peu de sa notoriété ici et là, aux côtés du Professeur Albert Jacquard pour Droit Au Logement, ou de la romancière Calixthe Beyala et de son collectif Egalité, pour demander une plus forte visibilité des minorités dans les médias.

Arrive l’année 2000, qui est celle du deuxième spectacle solo de Dieudo. Si le premier reprenait nombre de personnages rôdés à l’époque d’Elie, celui-ci choisit cette fois-ci de creuser en profondeur les motivations d’un personnage, et d’un seul : le fameux Grand Gana, gourou parmi les gourous - l’homme qui invite chacun à "chasser le lémurien qui est en lui", moyennant finances. A travers lui, Dieudonné a déjà mis à nu les mécanismes de fonctionnement des sectes. Cette fois, il va pousser la réflexion plus loin, et tenter de répondre à cette interrogation qui taraude tout athée qui se respecte : "Qu’est-ce qui différencie une religion d’une secte ?"

Le spectacle s’intitule "Pardon Judas !", tire à vue sur tout ce qui prie, et fait grincer quelques dents, notamment chez les catholiques. Cela vaut à son auteur quelques lettres d’insultes... dont il tirera un livre éponyme. A l’époque, Dieudonné a même un projet de film intitulé "L’élu", avec Benoît Poelvoorde et Alain Chabat au casting, et lui-même dans le rôle de Judas.

Ayant dézingué les beaufs et les bigots, Dieudo décide cette fois d’aller voir de quoi il retourne en politique. Certes, il a déjà pour lui l’expérience de Dreux, en 1997 et 1998. Mais l’élection présidentielle de 2002 approchant, quelle meilleure occasion d’en comprendre les rouages que de se présenter lui-même ? Ce qu’il annonce officiellement sur France 3 un 31 octobre 2001, avant de jeter l’éponge quelques mois plus tard, à quelques jours du dépôt des 500 signatures requises. Entre-temps, l’humoriste aura eu l’occasion de découvrir l’envers du décor, comme Coluche en son temps.

Allant jusqu’au bout de ses prises de positions universalistes, il va jusqu’à dénoncer l’inanité des concepts religieux, facteurs selon lui de division plus que d’union de l’humanité. Il n’en faudra pas plus pour le mettre sur la touche.

Peu importe. Dès après le second tour des présidentielles de 2002, l’humoriste revient à ses premiers amours, via un "Cocorico à Bobino !" décapant. Sorte de synthèse de l’aventure citoyenne qu’il vient de vivre, ce spectacle suscite alors le commentaire suivant du Figaroscope : "Le bonhomme est drôle, très drôle et il sait taper sur tout ce qui bouge avec l’efficacité d’un grand". Les journalistes, les avocats, les gendarmes ou même une pauvre enseignante se voient ainsi habillés pour l’hiver, non sans une certaine tendresse bourrue - "Au fond, ce sont juste des hommes, comme vous, comme moi", semble dire Dieudo de chacun d’eux.

L’été passe. Dès la rentrée, Dieudonné embraye sur un nouveau spectacle,intitulé "Le divorce de Patrick". Après les beaufs, les bigots et les institutions, c’est cette fois les relations hommes-femmes qui sont passés à la mitrailleuse barbichue. A propos de barbe, Dieudonné se laisse pour l’occasion pousser une longue barbe noire, très tendance depuis le 11 septembre 2001. A dessein : au cours de l’une des multiples digressions de ce spectacle profondément humaniste, il va ainsi enfiler une djellaba noire ainsi que "le bonnet de bain qui va avec", puis se regarder dans la glace en s’extasiant : "A moi Broadway !"... Un peu plus tard, il renfilera le même "bonnet de bain" pour incarner un improbable "mollah Jean-Christophe" chargé du briefing de quelques pilotes d’avion, un 10 septembre 2001 aux Etats-Unis... En fin de spectacle, Dieudonné prononcera sans doute l’un des plus beaux hommages rendu aux femmes, via un poème de son cru intitulé ’Tantôt’.

Une fois encore, le personnage du sage Oképi vient irradier ce spectacle de toute sa philosophie, héritée des ancêtres de la forêt. Est-ce ce personnage qui va inspirer Dieudonné, et lui donner de fil en aiguille envie de s’intéresser à la traite des Noirs ? Quoi qu’il en soit, le voici désormais avec un projet d’adapter le Code Noir au cinéma. Malheureusement, le projet n’a pas l’heur de plaire aux hautes instances du cinéma hexagonal. Il n’y a pourtant jamais eu de films français sur la question. Eu égard aux nombreuses œuvres tournant autour de la question de la Shoah, Dieudonné, qui voit en chaque homme un semblable plutôt qu’un être différent, vit cela comme une injustice terrible. Pis, une trahison. La France, pays des Droits de l’Homme, si fière de sa tradition universaliste et de sa "haute érudition" (dixit Pierre-André Taguieff à propos de l’un de ses propres ouvrages), ferait en fait deux poids deux mesures face aux souffrances des hommes ? Lui le métis, l’homme de nulle part et de partout, ne peut y croire.

Le hic, c’est que tout cela intervient alors que depuis septembre 2000 la deuxième Intifada fait rage au Proche-Orient, et que depuis septembre 2001 il ne fait pas bon être mat de peau et/ou barbichu de ce côté-ci de la Méditerranée. Si l’on y ajoute le 21 avril 2002, c’est peu de dire que le climat est tendu dans le pays. Toutes les communautés sont dans les starting-blocks. Aussi, quand Dieudonné est invité sur un plateau de télévision pour faire une surprise à son collègue humoriste Jamel Debbouze, il décide de taper un grand coup dans la fourmillère. Vêtu d’une cagoule, d’un treillis et de papillotes, il va fustiger la présence d’un musulman - donc d’un terroriste en puissance, selon son personnage - sur ce plateau de télévision. Et inviter les jeunes à suivre non ce jeune bandit, mais à le suivre, lui, dans cet "axe du bien" qu’ils incarnent lui, sa cagoule et son treillis.

Dans un autre contexte, le sketch aurait pu être drôle. Pourtant mal préparé, il provoque même l’hilarité des personnes présentes. Ce n’est que tard dans la soirée qu’une première levée de boucliers va s’effectuer. Bientôt suivie d’une immense "montée en l’air" des autorités de ce pays. Oubliée la cagoule, le treillis et le début du sketch : ne comptent plus que les papillottes.

"J’ai eu l’impression d’être dans un pays en guerre, et je ne le savais même pas" dira ensuite Dieudonné. Présentant immédiatement ses excuses aux personnes qu’il aurait pu offenser, le voici pourtant au cœur d’une tempête médiatique d’une rare violence.

La suite, tout le monde la connaît... Ou plutôt croit la connaître, s’il se fie aux journaux et chaînes de télévision habituels. Oubliant que ce n’est jamais l’Etre que Dieudo attaque, mais l’Acte. Dieudonné ne s’attaque pas aux juifs en tant que juifs, mais à quelques hommes - dont des juifs - en tant qu’ils instrumentalisent une religion à des fins politiques - le sionisme. Le tout au grand dam de la majorité silencieuse issue de cette même communauté, contrainte de s’écraser si elle ne veut pas être qualifiée de "traître" à la cause.

Comme signe de sa bonne volonté, Dieudonné a d’ailleurs accepté en octobre dernier d’accompagner un rabbin à Auschwitz. En retour, ledit rabbin avait accepté de se rendre avec Dieudonné sur l’île de Gorée, située au large du Sénégal, point de passage obligé du commerce triangulaire. Malheureusement, l’initiative a capoté : la hiérarchie du rabbin s’est désolidarisée du projet. Le rabbin a donc dû s’incliner, et Dieudonné avec.

Chez Ardisson, en décembre dernier, Dieudonné n’a jamais associé Israël et le Sida. C’est écrit noir sur blanc dans le script de l’émission, consultable ici : http://soutiendieudo.free.fr/articl...

Par ailleurs, Dieudonné n’a jamais eu pour projet de mettre en balance esclavage et Shoah. Il a juste voulu que soit mise sur la table la question de l’esclavage : c’est très différent. Le problème, c’est qu’à chaque fois qu’il a voulu le faire, il lui a été mis la Shoah en travers de son chemin - cf. l’échange de présents avec Jean-Pierre Elkabbach, dans les studios d’Europe 1, le 20 février 2004 : Dieudonné lui tend un exemplaire du "Code Noir" ? Jean-Pierre Elkabbach lui tend un exemplaire de "Shoah" et un autre de "De Nuremberg à Nuremberg", tout en lui précisant qu’"on [fameuse neutralité journalistique] va vous frapper au porte-monnaie"... Partant de là, qu’il n’ait pas toujours le mot juste et serein, qu’il devienne à cran sur cette question-là, qui peut le lui reprocher ? Qui ne le serait pas, à sa place, s’il avait eu à son tour droit à un article de Bernard-Henri Lévy dans Le Point, intitulé "Dieudonné, fils de Le Pen" ? Qui ne serait pas à cran sur cette question-là lorsque, sur les plateaux de télévision qui lui sont fermés, les "penseurs" de ce pays lui prêtent des intentions qui ne sont pas les siennes, au mépris de l’autorité de force jugée des décisions rendues par les tribunaux de ce pays (18 procès, 18 relaxes) ? Dieudonné se fait éreinter à longueur d’émissions et d’éditoriaux, sans jamais avoir de droit de réponse et alors même que la justice l’a toujours jugé innocent, et vous voudriez qu’il ne dise jamais un mot plus haut que l’autre ?
Mettez-vous à sa place, une seconde, juste pour voir : la même chose se produirait en Chine, vous en feriez un héros.

D’ailleurs, s’agissant des journaux et des télévisions, toujours prompts à se ranger aux côtés des sans-culottes lorsque ceux-ci se trouvent à des milliers de kilomètres de là - où l’on repense à Pierre Desproges, saluant ironiquement tous ces intellectuels en chemise blanche qui "osent critiquer le gouvernement de Pinochet à moins de dix mille kilomètres de Santiago" -, c’est la curée. L’adage est connu : "le chameau ne voit pas ses bosses, mais voit plutôt celles de son frère"... En effet, plus Dieudonné avance dans ses réflexions - il n’a guère le choix en fait -, plus il s’aperçoit que son scepticisme face à la sphère religieuse a des répercussions jusqu’au plus haut niveau médiatique de son propre pays.

Antisceptique, la presse ? A la fois juge et partie, d’abord, et en crise, surtout. Partout, dans toutes les rédactions, ça rachète, ça restructure, bref, ça tremble. Or il se trouve que Dieudonné est un sujet qui fait vendre. Ce paradoxe n’est pas le moindre du genre : la presse se rassure en distillant la peur - pourquoi les mécanismes démontés dans "Bowling for Colombine" ne s’appliqueraient qu’aux Etats-Unis, alors même que les barons de la presse française n’ont de cesse de mettre en avant les recettes apprises au cours de leurs séminaires d’études chez l’Oncle Sam ?

Puisqu’il est désormais mal vu d’exploiter l’insécurité, exploitons l’antisémitisme. Après tout, le communisme ne fait plus vendre, l’islamisme l’a remplacé au rang des grandes peurs du moment - mais le public se lasse, et ça ne suffit plus pour rentrer dans ses frais. En cette époque où le citoyen se définit de plus en plus d’abord par sa religion puis par sa nationalité - il n’est qu’à voir l’explosion des sites Internet communautaires -, Dieudonné devient un sujet qui les transcende toutes, et donc les fédère. A la limite, il serait presque souhaitable que Dieudonné soit un jour condamné par les tribunaux : cela permettrait de constater noir sur blanc la différence de traitement entre ses relaxes (trois lignes au plus) et ses condamnations (en Une ?).

Qu’on se le dise : Dieudonné n’est pas antisémite. Il est juste fidèle à la ligne de conduite qui est la sienne depuis ses débuts aux côtés d’Elie : sus à la paresse intellectuelle, et donc à l’Extrême-droite. Ce combat-là, et celui-là seul, le rend sceptique quant aux finalités poursuivies par ceux qui brandissent une religion pour justifier une politique. Et comme, à ses yeux, cette politique est une politique d’Extrême-droite, basée comme les autres sur la paresse intellectuelle des citoyens, il faut la combattre - "Savoir ce qui est juste et ne pas le faire révèle l’absence de courage ; le courage, c’est de faire ce qui est juste", disait Jigoro Kano, fondateur de ce judo que Dieudo a longtemps pratiqué... Plus le temps passe, plus les observateurs se disent qu’il aurait peut-être mieux valu pour lui ne jamais mettre le doigt sur cette Extrême-droite-là. Il pouvait presque être subventionné pour lutter contre les autres Extrêmes-droites. Mais pour avoir mis le doigt sur celle-ci, il sera traqué. Impitoyablement.

Entendez-les hurler, ces hommes qui crient en choeur au loup. C’est "Un pour tous, tous sur un". Ils bavent de rage. Comme ces personnages que Dieudonné caricature, spectacle après spectacle, depuis l’époque de ses débuts avec Elie. Ils éditorialisent, débaroulent et flinguent à tout va. Ils n’écrivent plus : ils défoncent. Ne voient pas plus loin que leur manichéenne fixation du moment, oubliant de se poser une question fondamentale : une fois Dieudonné réduit au silence, ses idées se tairont-elles avec lui ? Il suffit de parcourir les messages de ce site pour comprendre - exception faite de l’inévitable pourcentage de dingos que ce type de cause draine (Dieudo est-il responsable de chaque conscience qui s’exprime sur cette terre ? Faut pas charrier). Il suffit de se promener sur les forums de discussions du Net. Il suffit d’écouter les gens : à défaut d’être tous sceptiques, les gens sont intelligents.

A.

ce texte est recopiable librement avec la signature A. et un lien vers ce site : http://lesogres.org , Les OGRES vous le recommandent !







signé...

soutiendieudo
site: SOUTIEN DIEUDO

Site de soutien à DIEUDONNE.

Ce texte est recopiable librement





fil: > El Diablo et les moutons de Panurge (De l’Antiscepticisme), par A.
4 mars 2005 TOUS A ORLY CE DIMANCHE   [Début forum]
Magnifique article ! Bravo !

fil: > El Diablo et les moutons de Panurge (De l’Antiscepticisme), par A.
4 mars 2005 , par ketty   [Début forum]
stop intox
j’espère que Dieudonné ne se sent pas seul, et qu’il ne l’est pas. J’aimerais vraiment que cette manipulation médiatique cesse, mais comment faire ? Le pouvoir donne tous les droits. Et ce pouvoir nous ne l’avons pas, alors que faire pour que tout cela se rééquilibre ? Pour que certains ne soient pas réduits au silence, pendant que d’autres s’approprient toutes les libertés.

  • > El Diablo et les moutons de Panurge (De l’Antiscepticisme), par A.
    5 mars 2005
      [Début forum]
    je viens de lire "Dieudonné, entretien à coeur ouvert" et je pense qu’à travers cet ouvrage on peut comprendre les positions de Dieudonné qui se bat (et finalement sacrifie sa carrière) simplement pour la reconnaissance de chaque être humain quel qu’il soit. Et dans cet entretien, comme dans l’émission d’Ardisson apparaît une personne qui n’a RIEN à voir avec celui qu’on nous décrit dans toute la presse écrite, à laquelle on attribue des pensées et propos infâmes mais à qui on ne donne plus aucun droit de s’exprimer (le Nouvel obs fait preuve d’une malhonnêteté incroyable). C’est une honte. Je pense qu’il faut conseiller à tout le monde de lire "Dieudonné :Entretien à coeur ouvert" par Olivier Mukuna

fil: > El Diablo et les moutons de Panurge (De l’Antiscepticisme), par A.
4 mars 2005 Sébastien   [Début forum]

Très bon article, qui remet bien les choses à leurs places.

Je suis sidéré de voir l’archarnement médiatique contre dieudonné. J’ai remarqué comme il est facile de détruire une personnalité qui affirme ses positions anti-religieuse et qui prononce des phrases sensibles (mais justes).

Dès que dieudonné avait prononcé le mot "pornographie" dans la meme phrase que shoah, immédiatement la presse a vu là un bon moyen de le descendre. Pour les idiots, la premiere chose qui vient à l’esprit en entendant "pornographie", c’est le film de cul de canal+...

Ce qu’est en train de nous faire croire les média c’est que dieudonné aurait insinué que la Shoah était un film de cul ?

Personne n’a réfléchi une seconde à ce que voulait dire pornographie mémorielle. Cette phrase aurait été prononcés dans une longue réflexion d’une émission comme Campus, celà n’aurait gené personne ...


fil: CLAP 36 - ETAT DE GUERRE - SORTIE NATIONALE A PARTIR DU 9 MARS 2005
4 mars 2005   [Début forum]

ETAT DE GUERRE

un film de Béatrice Pignède et Francesco Condemi Production CLAP 36-ZALEA TV, Paris, 2005, couleur, 92 minutes

Sommes-nous dans une période comparable à celles qui ont précédé les deux guerres mondiales ?

Ce film documentaire enquête sur les rives du Danube, dans les territoires occupés de Cisjordanie et dans les quartiers populaires du Venezuela pour trouver des réponses à cette question. L’historienne Annie Lacroix-Riz, le journaliste Stanko Cerovic, le Général Gallois, l’écrivain Thierry Meyssan, l’humoriste Dieudonné, Gaspar Miklos Tamas ancien député du Parlement hongrois, Oscar Negrin coordinateur de quartier à Caracas nous livrent leur analyse.

PROJECTION PRESSE, VENDREDI 4 MARS 2005, à 11 Heures CINEMA L’ENTREPOT, 7 rue Francis de Pressensé, Paris 14ème, M° Pernety.

SORTIE NATIONALE A PARTIR DU 9 MARS 2005 avec le parrainage des AMIS DU MONDE DIPLOMATIQUE

— 

CLAP 36, association de promotion du cinéma documentaire indépendant Boîte Postale 4011, 75161 Paris Cedex 04, France

site Internet : http://www.clap36.net

courriel : contact@clap36.net


fil: > El Diablo et les moutons de Panurge (De l’Antiscepticisme), par A.
3 mars 2005 HB   [Début forum]
Article d’une force rare. Merci de nous eclairer sur des faits à l’opacite recherchée par nos autorités bien pensantes. C’est un hymne au courage et a la liberte d’expression. Ce pays en a grand besoin. Reconnaissons a Dieudonne ses qualites exceptionnelles de traducteur en langage image des travers de cette societe a la pensee judeo-chretienne omni-presente (cf la future constitution europeenne...). Courage, ce siecle ne fait que commencer.

fil: NOUVEAU SPECTACLE DE DIEUDONNE : 1905
3 mars 2005   [Début forum]

DIEUDONNE "1905"

THEATRE DE LA MAIN D’OR ( PARIS ) Région Parisienne

du 23/03/2005 au 30/04/2005.

Les réservations sont ouvertes :

http://www3.fnac.com/search/quick.d...


fil: > El Diablo et les moutons de Panurge (De l’Antiscepticisme), par A.
3 mars 2005 , par laurent   [Début forum]
Très vrai

Superbe article, je pense qu’il mériterait d’ être affiché en préambule de tous les sites de soutien à Dieudonné.

Cordialement, Laurent


fil: > El Diablo et les moutons de Panurge (De l’Antiscepticisme), par A.
3 mars 2005 amira   [Début forum]

article parfait que dire de plus ? peut-être que, sensible à l’injustice abominable qui consiste à oublier sytématiquement les crimes quotidiens commis par l’état d’israel contre la population palestinienne, dieudonné a eu l’incroyable courage de soutenir cette cause , juste entre toutes et que les médias soumis à present à la censure du representant officieux de sharon en france n’abordent plus jamais.

alors là c’est le déchainement absolu, tous les ténors mediatiques liés à sharon l’ont abreuvé d’injures, tous les gens du showbizz (liés au même) ont fait de même : dénoncer ces crimes là cette politique là c’est "être antisémite" c’est impardonnable., tant ces soutiens du crime sont puissants dans notre pays

les glapissements forcenés de tous les médias, ont largement prouvés que ces ténors, ces journalistes, ces showbissnesmen étaient des collaborateurs de ces criminels

merci de nous l’avoir démontré avec tant d’éclat !messieurs les collabos de l’occupation sharonienne de notre pays !


soutiendieudo@altern.org ACCUEIL | PLAN | REDACTION